Prévenir les pratiques prostitutionnelles et préprostitutionnelles chez les jeunes

Le secteur associatif évalue le nombre de mineur·es en situation de prostitution entre 7 000 et 10 000*. Les pratiques prostitutionnelles et pré-prostitutionnelles connaissent un essor majeur, notamment avec les réseaux sociaux. Ces pratiques sont protéiformes et invisibilisées, ce qui rend leur identification complexe par les jeunes en situation de prostitution et par les professionnel·les.

Un projet conçu par le réseau des Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles (CIDFF), avec le soutien du Ministère chargé de l’Egalité entre les Femmes et les Hommes, de la Diversité et de l’Egalité des Chances et de la Direction Générale de la Cohésion Sociale (DGCS).

Voir les 4 vidéos de sensibilisation

Télécharger le livret de sensiblisation

La prostitution des jeunes majeur·e·s et mineur·e·s, ça concerne qui ?

La prostitution en France peut concerner n’importe quel·le jeune majeur·e ou mineur·e de toute classe sociale. Les études révèlent que la très grande majorité des jeunes qui se prostituent sont des femmes ou des filles, mais cela concerne aussi les hommes, les garçons et les personnes qui s’identifient autrement.

15 ans

l’âge médian des mineur·es en situation de prostitution avec une entrée en moyenne à partir de 14 ans et parfois dès 11 ans*

+68%

de procédures  ouvertes entre 2016 et 2020 pour proxénétisme sur mineur·es et recours à la prostitution de mineur·es**

50%

des victimes de proxénétisme de nationalité française sont mineures**

88%

des filles mineures en situation de prostitution sont âgées de 14 ans à 17 ans**

40%

des mineures victimes de prostitution n’ont pas conscience d’avoir subi des actes prostitutionnels***

50%

des victimes de proxénétisme de nationalité française sont mineures**

88%

des filles mineures en situation de prostitution sont âgées de 14 ans à 17 ans**

40%

des mineures victimes de prostitution n’ont pas conscience d’avoir subi des actes prostitutionnels***

* 5ème Rapport mondial sur l’exploitation sexuelle – Fondation Scelles – 2019
** Recherche-action pluridisciplinaire sur la prostitution des mineurs en France – PROMIFRANCE – Centre de Victimologie pour Mineurs – 2022
***La prostitution des mineures en Seine-Saint-Denis – Observatoire des violences envers les femmes de Seine-Saint-Denis – 2020

4 vidéos

pour sensibiliser les jeunes aux risques et aux impacts des pratiques prostitutionnelles et pré-prostitutionnelles

D’autres vidéos à venir

Télécharger les 4 vidéos

Loverboy, grooming, sugar dating… Ça veut dire quoi ?

La prostitution chez les jeunes, et notamment les jeunes filles, se distingue par son caractère protéiforme, complexe et mal connu. Ses dénominations multiples rendent son repérage difficile.  Il existe une pluralité de situations.

Le « sugar dating » désigne le fait pour un·e jeunes d’entretenir avec une personne plus âgée une relation romantique ou affective souvent contre de l’argent mais également en retour de biens ou de services. La personne la plus âgée est généralement un homme à la situation financière confortable appelé « sugar daddy » et la plus jeune principalement une femme nommée « sugar baby ». Cette pratique favorise l’entrée en prostitution progressive des
jeunes, souvent des étudiantes, et commence par des relations tarifées sans rapports sexuels dans des lieux publics qui évoluent par la suite vers des rapports sexuels tarifés.

Le « loverboy » désigne un jeune homme dont l’objectif est de créer l’illusion d’une relation affective auprès d’une jeune fille pour l’inciter par la suite, à se prostituer. Ces hommes sont souvent des mineurs ou des majeurs à peine plus âgés que leurs victimes et passent très souvent par les réseaux sociaux pour les approcher. Ils mettent en place un mécanisme d’emprise psychologique et de dépendance affective afin d’isoler socialement la victime et l’entrainer vers des pratiques prostitutionnelles. Cette relation d’emprise constitue un frein pour la victime à prendre conscience et sortir de la situation ainsi que des difficultés d’identification pour son entourage.

L’« escorting » est une pratique à la définition ambiguë désignant plusieurs situations pré-prostitutionnelles et prostitutionnelles. Un·e escort·e est payé·e pour tenir compagnie à une personne et/ou l’accompagner à des événements sociaux (restaurant, cinéma, réunions, voyages…). Les rencontres peuvent se dérouler en tête à tête ou en présence d’autres personnes. Elles peuvent aller d’un simple repas à des relations plus intimes… Mais il s’agit en très grande majorité de relations sexuelles tarifées. Les prises de contact, dont l’accès est facilitée par Internet, se font majoritairement
via des sites et applications d’annonces, de rencontres, de tchats.

Le « michetonnage » ou « pigeonnage » désigne une conduite pré-prostitutionnelle. Il s’agit généralement d’une relation entre un·e jeune et une personne plus âgée offrant des faveurs financières et/ou matérielles dans l’attente ou en échange d’actes sexuels. Ce type de relation peut constituer un biais d’entrée dans les pratiques prostitutionnelles du fait de sa complexité et de son ambiguïté. Elle peut créer chez une jeune personne un sentiment de redevabilité et de reconnaissance, voire de dépendance, qui peut l’amener à céder aux sollicitations sexuelles.

Le « grooming » désigne une stratégie menée par une personne majeure envers une personne mineure, dont l’objectif est de créer un lien de confiance et émotionnel permettant à terme au majeur·e de faire des propositions sexuelles et, souvent, d’abuser sexuellement du ou de la mineur·e. Cette pratique se traduit généralement par des compliments, le partage de secrets, une écoute bienveillante et se produit majoritairement via les supports numériques (réseaux sociaux, tchats…).

Livret de sensibilisation à destination des professionnel·les

Vous êtes un·e professionnel·le, vous rencontrez parfois des difficultés pour repérer et aider un·e jeune en situation de prostitution ou préprostitution. Le réseau CIDFF – acteur majeur de l’accès aux droits, de la lutte contre les violences sexistes et sexuelles et fort de son expertise dans l’accompagnement des personnes en situation de prostitution – met à votre disposition ce livret afin de fournir des clés pour permettre de  :

→ Mieux repérer et identifier la diversité des pratiques ainsi que leur ampleur.

→ Comprendre les mécanismes qui conduisent aux pratiques prostitutionnelles, ainsi que les risques et les impacts

→ Améliorer les capacités de repérage et d’accompagnement, en identifiant les ressources et les associations à contacter

→ Permettre l’orientation des victimes vers des associations spécialisées

Télécharger le livret de sensibilisation